Chapitre 5

 

Technique complémentaire : l'humidification de la mine (mine soluble)

 

 
Avant de détailler cette technique essentielle que j’emploie en complément du mélange à sec, je parlerai très succinctement des différentes manières d’utiliser le crayon " aquarellable ".
 
Technique la plus usitée : passage du crayon puis dilution à l’eau
 
C’est celle qui se rapproche le plus de l’aquarelle. Le fait de réaliser un premier passage au crayon permet de mettre en place le dessin et de visualiser l’ensemble du travail avant de le transformer en aquarelle par l’application d’un pinceau préalablement trempé dans l’eau. Le pigment fixé sur la feuille va alors se diluer à la manière d’une aquarelle.
On peut de cette manière réaliser des aquarelles plus ou moins soutenues, suivant la quantité de pigments que l’on a appliqués en premier lieu. Une fois le travail séché, on peut revenir avec le crayon de manière classique pour réaliser certains détails.
 
 
Exemple : dessin moitié aquarelle / moitié à sec
 

Autres techniques possibles

 

- On peut mouiller largement la mine du crayon et l’appliquer ainsi directement
- On peut faire l’inverse, mouiller au préalable la feuille puis appliquer le crayon à sec

Personnellement, les crayons solubles à l’eau ne me servent qu’à réaliser des effets pour de petits détails, qui sont toujours plus clairs que la couleur du fond (ceci pour des raisons de priorité du foncé sur le clair, voir chapitre " mélange à sec ")
Cela consiste à humidifier le bout de la mine puis d’apposer l’extrémité par-dessus un fond déjà travaillé. De cette façon, la quantité du pigment ainsi transféré est suffisamment importante pour opacifier totalement n’importe quelle réalisation précédente.
Pour humidifier la mine on peut se servir d’une éponge mais je préfère utiliser quelque chose qui reste disponible en tout endroit :
le bout de ma langue. Les mines étant fabriquées sans composés toxiques on peut les employer ainsi sans risque (en ce qui me concerne j’ai plus de dix années de recul et aucune réaction cutanée ou autre symptôme n’est à signaler …)
De plus, comme pour la réalisation de détails à sec, il est possible de tailler la mine en fonction du détail à effectuer avant de l’humidifier et de réaliser le détail. Je peux ainsi réaliser des détails assez précis.

 
Les exemples sont nombreux , (se reporter aux tableaux de la galerie) :

Dans " La bataille d’Alexandre " : reflets dans les nuages, sur les montagnes et sur les armures, pointes des lances, feuillage des arbres, inscriptions sur les drapeaux …

Dans " Naissance d’un mythe " : reflets sur les dauphins et nuages, feuillage, éclaboussures sous les dauphins sortant de l’eau.

Dans " Crash " : tous les instruments de bord du cockpit (chiffres, aiguilles…), reflets sur les boulons, projection d’eau à grande vitesse

Dans " Ô main divine " : poils et moustache de la panthère

Dans " L’Echiquier du destin " : marbrures, éclats, chevelure blanche du vieillard …

Dans " Emmanuelle " et autres nus : les petits éclats de pierre.
 
 
Exemple d’un éclat de "L'échiquier du Destin"
 
Dans certains cas, une astuce permet des détails particuliers :

Notamment pour la réalisation des inscriptions sur les drapeaux dans " La bataille d’Alexandre " ou dans les cadrans des instruments de bord pour " Crash "
Si elles ne sont pas trop petites, on peut les réaliser sans utiliser la technique du grattage (voir chapitre " Mélange à sec ")

Je taille d’abord la mine en conséquence. Puis je trace l’inscription voulue avec la mine humidifiée. Elle ne sera pas parfaite du fait de l’écrasement de la mine. Je repasse alors la couleur de fond pour égaliser ou lisser parfaitement les bords de l’inscription., cette fois ci à sec et avec un crayon parfaitement taillé.
 
Hauteur réelle
des lettres
4 mm.
Exemple 1
Réalisation du fond avec l’inscription
effectuée par humidification de la mine
  Exemple 2
Reprise des bords de l’inscription
avec la couleur du fond à sec
 
Cette astuce reste valable pour n’importe quel détail qui peut être repris pour lui donner une forme spécifique.
 
| En haut |